Le Festival International des Jeux de Cannes

Le fameux Festival International des Jeux de Cannes a lieu tous les ans au Palais des Festival pour accueillir les spécialistes des jeux et les visiteurs prêts à lancer des dés. Cette année il s’est déroulé du 22 au 25 février 2018. On y était !

Les As d’Or

C’est LA cérémonie la plus attendue du FIJ : les As d’Or ! Ce sont 10 jeux nominés pour remporter le label du meilleur jeu de l’année. Le jury se compose de joueurs passionnés : Erwan Berthou, François Décamp, Anaëlle Grondin, Hélène Graveleau, Marcus, Monsieur Phal, Thierry Saeys, Catherine Watine, Nathalie Zakarian. Cette année les grands gagnants sont Nom d’un Renard (enfant), Terraforming Mars (expert) et Azul (tout public).

Nous avons pu tester Nom d’un Renard, qui plaît même aux adultes. Le jeu est simple à comprendre et oblige à faire appel à sa mémoire. C’est l’histoire d’un renard qui a volé l’oeuf d’or du village. Nous, « pouliciers », devons retrouver le coupable avant qu’il ne s’échappe du village. C’est alors que l’enquête commence ! 🕵️‍♀️

Les Nuits du OFF

À Cannes, le Festival ne dort jamais. Après la fermeture des stands, tout le monde se retrouve vers 22h au Palais pour tester de nouveaux jeux, avec le OFF. C’est en effet ici que les auteurs peuvent présenter leurs prototypes et les faire essayer à un large public. Pour avoir une place à une table, on vous conseille d’être là en avance, car il y a BEAUCOUP de monde.

Cette année, nous avons pu tester :

  • The Ashes of London, d’Hervé Rabat : C’est un jeu plutôt expert, avec pour thématique l’incendie de Londres de 1666. Un des joueurs joue le feu, les autres les Londoniens. Les deux camps s’affrontent, le but des Londoniens étant que le feu ne se répande pas. C’était un peu compliqué pour nous, mais on a quand même bien aimé et surtout, on a réussi à éteindre le feu !
  • Secret Societies de Manon Tardif, Maxime Neveu et Nicolas Dufort : Ce jeu mêle cartes et application mobile, autant vous dire que c’est carrément notre délire. Ici aussi, deux équipes s’affrontent : les Templiers contre les Illuminati. Les rôles sont cachés, en particulier ceux des 2 « élus », que le camp adverse doit éliminer. Par un jeu de questions et de déductions, on découvre qui est qui et on expose les élus. Seul bémol, tout le monde a tendance à rester le nez dans son smartphone, avec la messagerie dédiée au jeu, qui permet de parler secrètement avec les autres joueurs.
  • No Exit de Romain Nilly : Il s’agit d’une enquête criminelle à huis-clos. Ambiance garantie ! L’un des joueurs a tué le juge, il faut découvrir qui. L’originalité du jeu réside surtout dans les rôles que chacun doit jouer pour convaincre les autres de son innocence. Le jeu a aussi une application mobile, pour ajouter à l’ambiance et pouvoir attribuer les rôles en début de partie. On a bien aimé, même si c’est un peu complexe pour nous.

On souhaite bonne chance à ces trois auteurs pour l’édition de leurs jeux !

Les Conférences

Pendant le Festival, nous avons eu la chance d’assister à 3 conférences sur les thèmes suivants : le journaliste et les jeux, les jeux éco-responsables et la place de l’illustration dans le jeu de société.

Nous avons appris beaucoup de choses notamment sur l’importance de l’illustration du jeu. La conférence a été présentée par Igor Davin de Forgenext accompagné de 3 illustrateurs : Pierre Lechevalier (Pierô), Vincent Dutrait et Xavier Gueniffey (Naïade).

L’illustration d’un jeu de société se fait en collaboration avec l’auteur. Vincent nous dit qu’il « travaille pour le jeu et pour les joueurs » et Pierô le complète en affirmant que « derrière chaque dessin, il y a une personnalité » et c’est pour cela que les auteurs contactent, en général, un illustrateur en particulier.

 

Si vous avez raté le FIJ cette année, Cannes vous donne rendez-vous le 22 février 2019 ! Pour toutes les informations ICI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *